Jeune Fille à la source, Jacqueline Comerre Paton

Le tableau représente une jeune femme nue, dans une nature sauvage. Elle est assise au bord de l'eau, son bras droit est appuyé sur un drap à la blancheur immaculée, créant un contraste fort avec le sol jonché de feuilles et l'arrière-plan de verdure assez sombre. De sa main gauche elle relève ce drap, qui cache à peine sa nudité, comme surprise dans l'intimité de ce moment. Mais son corps aux formes douces et pleines, à la fois musclé et rond, semble pourtant une invitation pour celui qu'elle regarde et qui l'a surprise dans cet endroit désert. On devine en effet la naissance du sein, tandis que ses longs cheveux blonds, qui encadrent un visage aux traits volontaires, sa bouche très rouge et entrouverte apportent une connotation érotique puissante. Son regard direct, bien loin de baisser les yeux, fixe au contraire le spectateur, dans sa liberté franche. Tout le tableau est comme un appel à l'amour, dans ce décor d'eau et de végétation, symboles du renouveau éternel de la nature.

Huile sur Toile
Auteur : Jacqueline Comerre-Paton 1850 -1916
Exceptionnel cadre bois et stuc doré à la feuille d'or.
Mesures : 155 cm X 155 cm ( 61.32 inches x 61.32 inches )
Signé en bas a gauche : " Jacqueline Comerre Paton "
 
Jacqueline Comerre-Paton est née à Paris le 1er mai 1859. Elle est l’épouse du peintre académique Léon Comerre (1850-1916), prix de Rome, dont la réputation de peintre à la mode fut rapidement établie dans les années 1880. Elle fut l’élève d’Alexandre Cabanel. L’atelier du maître était l’un des plus renommés de la capitale et sa place centrale dans le monde des arts explique l’engouement qui poussait de nombreux jeunes gens à s’y inscrire. Le choix du professeur était en effet déterminant pour l’élève qui pouvait se qualifier d’ « élève de… », et compter sur le soutien de son maître pour les concours, les prix, les admissions aux Salons.

L’enseignement de Cabanel reposait en partie sur la précision du dessin, qui en demeure la base.

Jacqueline Comerre-Paton se spécialisera dans les peintures de jeunes paysannes au repos, souvent vêtues d’un tablier et d’un fichu qui identifie leur condition.

Elle restera fidèle à l’enseignement de son maître, ignorant les avant–gardes impressionnistes. Biographie : Emmanuel Bénézit, Dictionaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays. Ediz. Grund, Parigi, 1999.
 
The Museum d'Orsée in Paris keeps the pictures in his collection of Comerre family. (Click here)


Certificat d'authenticité et d'origine
Certificat de Beaux Arts de Florence

Sergio Schina
Antiquaire Expert en Tableaux Anciens

  



cliquez sur les vignettes pour agrandir les images



Part:      


Demande d'information sur ce produit

Appelez le numéro +39.0.55.828359 ou remplissez le formulaire ci-dessous.




CAPTCHA Image
[ Changer l'image ]
Entrez le code que vous voyez dans l'image

Autres produits intéressants

Bacchus propose à Ariane le mariage...
DÉTAILS
Paysage entre réalisme et imaginaire...
DÉTAILS
Élève de Louis Lassalle, Emile LEMMENS...
DÉTAILS
Présentation vidéo de Charles Louis Clérisseau ...
DÉTAILS
J'arroserais de mes larmes les roses, afin de sentir la douleur de leurs épines et le baiser de leurs pétales. ... Gabriel Garcia Marquez
DÉTAILS
Avec ses oeuvres, De Nittis il nous raconte sa vie, inquiète et libre…
DÉTAILS
D'une importante collection d'un amateur français..
DÉTAILS

Superb tableau de J.G. Rosier, huile sur panneau...
DÉTAILS
Portrait d'un petit enfant aux grands yeux bleus, appuyé sur un riche coussin de couleur rouge...
DÉTAILS
L'Enfant Jésus est représenté ici avec un visage rose et joufflu, aux belles boucles blondes...
DÉTAILS
De beauté considérable est la posture de l'ange ...
DÉTAILS
La lumière venant du ciel symbolise la grâce de la conversion...
DÉTAILS
Une princesse française réputée pour sa beauté et ses amours...
DÉTAILS
Sa brillante clientèle fut à l'origine de ce rendez-vous...
DÉTAILS
La richesse du costume la fines des dentelles et broderies...
DÉTAILS
L'utilisation de la toge a été réservé exclusivement aux citoyens romains de sexe masculin , tandis que les esclaves et les étrangers n'avaient pas le droit de le porter .
DÉTAILS
D'une résidence en Provence , une œuvre d'une grande élégance ...
DÉTAILS
D'une grande collection d'un styliste à New York...
DÉTAILS
Sa main gauche ouverte vers le crucifix prolonge le dialogue profond...
DÉTAILS